les violences sexistes et sexuelles dans l’armée ? - MFP" /> les violences sexistes et sexuelles dans l’armée ? - MFP" />
Source : Acteurs publics

Comment mieux prendre en charge les violences sexistes et sexuelles dans l’armée ?

Suite aux témoignages alarmants de victimes de violences sexistes et sexuelles au sein des armées, puis une mission d’enquête menée par l’inspection générale des Armées, le ministère des Armées réagit en adoptant une nouvelle feuille de route. Cette initiative marque un tournant dans la gestion des violences, visant à instaurer un changement durable et efficace, tout en restant adaptable aux évolutions et aux besoins sur le terrain.

Présenté par le général Bruno Jockers et la médecin chef Sylvie Perez, ce rapport récemment conclu souligne la nécessité d’une approche globale pour lutter contre ces violences. « Tout commence par notre comportement à chacune et chacun dans ce ministère. Nous avons mis en évidence ce que sont les agissements sexistes du plus bas jusqu’au viol. Ce que j’ai appris, au cours de cette mission, c’est que les violences, c’est vous et moi. On ne se rend pas compte, que parfois, un climat peut être intimidant.” estime le général Jockers.

La feuille de route se décline en quatre axes principaux : accompagner les victimes, sanctionner les coupables, garantir la transparence et prévenir de nouvelles violences. Elle prévoit notamment la mise en place d’un parcours de formation structuré pour la prise en charge des victimes sur le long terme, incluant le soutien par une tierce personne et l’assistance d’associations spécialisées. La rédaction d’un référentiel d’accompagnement et de prise en charge, ainsi que la constitution d’un réseau de référents au sein de la chaîne de commandement vont également être engagés. En termes de sanctions, le ministère va élaborer un guide pour la suspension ainsi qu’un référentiel clair pour les sanctions disciplinaires. Autre mesure : la mise en place de sanctions des autorités et du commandement ayant fait preuve de négligence, tout en offrant des garanties de réhabilitation pour ceux qui seraient injustement mis en cause. De plus, la collaboration entre les différentes entités impliquées dans la gestion des signalements sera intensifiée pour assurer une réponse cohérente et rapide. Enfin, la formation aux violences sexistes et sexuelles sera intégrée dans les écoles militaires, avec une mise à jour des méthodes pédagogiques pour combattre le sexisme ordinaire.