Vos témoignages

Agent public, actif ou retraité, vous avez eu connaissance de la campagne « Agents publics, notre protection sociale est-elle menacée ? ».

Vous souhaitez vous exprimer et apporter votre témoignage sur des sujets essentiels liés à la santé comme :

  • l’accès à une complémentaire santé,
  • le renoncement aux soins pour vous ou votre famille pour des raisons financières,
  • les restes à charge de santé grandissants,
  • l’accès à des soins de qualité,
  • le bénéfice de la garantie de maintien de salaire,
  • le montant de la participation financière de votre employeur (territorial, hospitalier…),
  • la responsabilité que porte votre employeur public en la matière,
    l’iniquité de traitement entre agents publics et salariés du secteur privé,
  • les différences de participation financière d’un employeur public à l’autre,
    votre couverture garantie prévoyance si vous en disposez,
  • les menaces que font peser les compagnies d’assurance privée sur le marché de la complémentaire santé,
  • le dumping tarifaire dans des collectivités territoriales où des pratiques déloyales (contrats économiquement non viables, tarifs attractifs à court terme, cotisations artificiellement basses) ont conduit à choisir des assureurs pour la couverture santé (et prévoyance) d’agents territoriaux et ouvrir ainsi la porte à des augmentations de cotisations exorbitantes….

« Rester sur des mutuelles solidaires, pas d’assurance. Surtout que les mutuelles fonction publique gardent la garantie dépendance. »

GERBE Marie-Hélène

« Fonctionnaire, et engagé dans le mouvement mutualiste, je soutiens les revendications de la MFP.
Nous devons préserver notre modèle de protection sociale, et exiger de l’Etat, notre employeur, une participation financière égale à celle qu’il impose aux entreprises du secteur privé pour leurs salariés.
Refuser la segmentation du marché de la complémentaire santé.
La protection sociale est l’affaire de tous (actifs et retraités, malades et bien portants, personnes seules et familles) et doit continuer à être défendue en affichant haut et fort toutes les solidarités.
Signons tous cette pétition !! »

BERHAULT Franck

« Les conditions d’accès à l’hôpital public deviennent de plus en plus problématiques ce qui oblige d’une manière insidieuse à se diriger vers le secteur privé, avec des dépassements d’honoraires conséquents.
Parallèlement, notre pouvoir d’achat s’amenuise par plusieurs biais : le gel des salaires qui retentit sur les pensions des retraités, l’augmentation de la cotisation de la complémentaire santé, et malheureusement, pour beaucoup d’entre nous, le veuvage qui s’est traduit par une imposition beaucoup plus lourde puisque la demi-part pour veuvage a été supprimée.
L’ensemble de ces éléments fragilise les retraités en général et ceux de la fonction publique en particulier.
L’état doit mieux prendre en compte son personnel et l’action sur le montant de la complémentaire santé me semble vraiment nécessaire. »

LE ROUX Yamina, Retraitée Éducation Nationale

« Les soins en général sont mal remboursés.
J’ai payé cher mes lunettes de vue ainsi que mes implants dentaires .
Pourtant, ce n’est pas du luxe , c’est juste pour continuer à vivre à peu près normalement . »

DENEUVE Alice

« Je suis professeur des écoles (22 ans d’ancienneté échelon 10). Ayant vu mon salaire baisser depuis 6 ans, j’ai décidé de me mettre à mi-temps, de consommer un minimum et de vivre sur mes économies. Je suis dégoûtée de gagner aussi peu. On n’a qu’une vie, le temps est notre bien le plus précieux, je n’ai plus l’intention de brader le mien contre aussi peu d’argent! Je touche chaque mois en net à payer 1193 euros. De ce salaire, on me retire105 euros par mois de mutuelle pour moi et mes 2 enfants. Il ne reste donc que 1088 euros en bas de la fiche de paie. Mais bien sûr comme je suis une nantie l’état, mon employeur, a décidé de ne pas financer en partie ma mutuelle!
Heureusement que je vais toucher à partir de septembre 2016 la prime de 800 bruts euros par an, soit 400 à mi-temps, soit 33,33 bruts mensuels, soit environ 27 euros nets par mois. Cela va changer ma vie! »

LOUBAT Nathalie

« Retraitée de l’Education Nationnale, il est bien triste de constater toutes ses anomalies : régressions sociales ».

Mme LEROY

« Pour avoir d’abord travailler 20 ans dans le privé avant d’être dans l’Education nationale depuis 15 ans, j’ai pu constater la différence : par exemple, la visite médicale du travail. J’en ai passé une en 2000 avant mon intégration comme professeur des écoles et depuis plus rien ! Ça change en effet du privé !!!
Quand à la partie de la complémentaire santé financée par l’employeur, là aussi je perçois bien la protection sociale à 2 vitesses, publique et privée ! »

GABBANI F.

« La mise en place de l’ANI a permis une généralisation dans le privé de l’existence d’une participation de l’employeur à l’accès à une mutuelle pour les salariés .
Pourquoi cette mesure n’est pas reprise pour les salariés du public car elle correspond à une mesure sociale? L’augmentation depuis 10 ans des cotisations mutualistes ou d’assurance santé est due au déremboursement des médicaments décidé par l’Etat , les soins dentaires et optiques et auditifs sont malheureusement faiblement remboursés par la sécurité sociale.
L’ouverture au marché privé de l’assurance santé des fonctionnaires par l’Etat en concurrence des mutuelles existantes n’est pas une réponse juste et similaire à la prise en charge dans le cadre de l’ANI du coût d’une assurance santé par l’employeur.
L’Etat valoriserait ses salariés et ses partenaires historiques que sont les mutuelles en travaillant à proposer une réelle prise en charge de sa part de l’assurance santé de ses agents. La protection sociale de ses agents relève aussi de a responsabilité d’employeur serait un signe du partenariat avec ses salariés. »

CASSOU Elise

« Je ne souhaite pas voir disparaître ma protection sociale supprimée ou amputée !…. Au contraire, il serait bon que la participation de l’Etat soit alignée sur celle faite pour les salariés du privé ! »

ESPINOSA Claudine

« Je dis non à nos gouvernants qui songent à remettre en cause le contenu de notre MFP »

BOUCHE Gilbert

« Protection sociale solidaire et mutualiste, un îlot de civilisation dans l’océan du marché… »

GARDETTE Xavier

« Tout à fait d’accord. Une injustice à réparer d’urgence. »

ALTABER M.

Témoignez !

Envoyez votre témoignage via ce formulaire. C’est capital pour la mobilisation 2016 :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message